Galerie photos Devenir bénévole Plan du site
 Rechercher    

En 2014

Editorial de Catherine

La vie, c'est comme un livre : il faut tourner les pages pour comprendre et ainsi mieux saisir le sens de l'histoire.

Notre orphelinat était notre fierté : un magnifique jardin fleuri, des bâtiments appropriés aux enfants et à nos séjours en Inde. Nous pouvions vivre dans cet environnement en suivant les enfants dans leurs activités journalières, en les écoutant parler de leurs petits soucis quotidiens.

Depuis 2009, les autorités nous ont demandé de quitter ce lieu. Nous pensions que le bonheur des enfants ainsi que leur réussite scolaire nous protégeraient d'un renvoi. Mais le gouvernement n’a plus voulu enregistrer les enfants et le bâtiment, car nous étions dans le couloir des éléphants.

Au mois de mai 2014, les autorités nous ont donc demandé de partir le plus rapidement possible, ne nous donnant que quelques mois pour trouver une autre structure. Si nous ne prenions pas les mesures nécessaires, les enfants seraient disperses et placés dans des orphelinats du gouvernement, ce qui était impensable pour nous.

Après discussions avec les membres de la Fondation sur l'avenir des enfants et de notre Fondation, nous avons pris la décision de continuer notre œuvre. L'urgence de trouver un endroit s'imposait. Après bien des recherches, Hema et Bathu, nos personnes de confiance sur place, nous ont fait part d'un hôtel en vente qui conviendrait bien aux enfants. A ce moment là, un problème de taille s’est posé : notre Fondation est une petite organisation et nous n'avons pas les fonds nécessaires pour l'achat du bâtiment.

Mais ne dit-on pas que tout ce qui est vrai sourit ? Et la vie réserve quelquefois de très bonnes surprises. Nous avons reçu un grand don, ce qui nous a permis de faire une promesse d'achat. Nous avons alors tourné la page de Vazhaithottam pour une location à Masinagudi et probablement, plus tard, pour l'achat du bâtiment. Masinagudi veut dire « aux pieds des montagnes ». Le lieu est superbe, c'est une plaine entourée de montagnes majestueuses. L'endroit est plus sécurisé : pas de forêt à proximité, donc pas de vie sauvage.

Les enfants se sont vite adaptés à leur nouvelle vie, plus vite que nous. Ne plus entendre leurs gazouillis était douloureux les premiers jours, mais nous devons admettre que la nouvelle structure est très confortable et correspond parfaitement aux exigences actuelles de l'État ainsi qu'à l'infrastructure d'un orphelinat. Les enfants sont pleins de vie, reconnaissants d'être ensemble. Ils ont toujours la chance d'étudier, d'avoir un toit et une bonne éducation.

Nous aussi, en Suisse, nous vous remercions du fond du cœur pour vos encouragements et votre soutien indéfectible. Sans vous, il n'y aurait pas d'Happy Home. Soyez heureux.

 

Un nouveau lieu, Masinagudi

Le nouveau Happy Home est situé à 12 km de Vazhaithottam, à l'extérieur de la ville de Masinagudi. C'est un énorme bâtiment doté d'une cour. Il comporte de nombreuses chambres spacieuses, avec chacune une salle de bain. Au rez-de-chaussée sont logés les garçons, tandis que le premier étage est réservé aux filles, ainsi que le toit. Il y a une belle entrée avec un bureau et un salon pour recevoir le gouvernement et les visiteurs. A côté se trouve une pièce pour le secrétariat, équipée d’un ordinateur.

Le bâtiment possède une grande cuisine avec des lavabos. Les enfants se lavent toujours les mains avant et après les repas, car ils les utilisent pour manger. Grâce à un grand réfectoire destiné aux repas et leçons, les enfants sont à l'abri du vent et de la pluie lors de la mousson, ce qui est formidable.

Des cameras, rendues obligatoires par les nouvelles directives gouvernementales, filment les enfants, mais surtout le personnel et les visiteurs.

Certains enfants vont à l'école située près de la maison, mais la plupart d'entre eux sont à la GRG school à Vazhaithottam. C'est l'une des raisons qui nous ont amenés à louer un bus. Plus tard, nous souhaiterions l'acheter.

Nous sommes aussi à deux pas des médecins et de petits magasins. Nous pouvons organiser des sorties, sans danger pour nos protégés.

A ce jour, il nous reste encore bien du travail et surtout de la paperasse afin d’enregistrer ce nouveau bâtiment comme un Home. Jamais nous ne pensions que ce serait si compliqué, mais nous savons aussi que l'Inde demande toujours de la patience. C'est seulement lorsque tout sera en ordre pour les autorités indiennes que nous pourrons respirer.

Aujourd'hui, avec l'expérience, nous avons plus de discernement et prenons les choses avec philosophie. Ce qui est important, ce n'est pas notre sensibilité, mais bien le bonheur des enfants.

 

Les nouvelles fonctions de Vazhaithottam

A Vazhaithottam, les bâtiments dans lesquels étaient logés les enfants ont pu être conservés. Ils permettent maintenant aux plus grands, de plus de 18 ans, d’être logés durant les vacances. Après cet âge, il ne peuvent plus être enregistrés en tant que résidants du Home et sont donc considérés comme des citoyens indépendants.

De plus, les lieux ont été nettoyés à fond et réorganisés. A moindre frais, le dortoir des filles a été séparé en deux grandes chambres pour accueillir les visiteurs d’Happy Home et une réfection des douches et toilettes a été effectuée.

Vazhaithottam est donc devenu la maison des grands d’Happy Home, lieu où ils peuvent maintenant se retrouver et partager leurs expériences vécues durant leurs semestres d’étude, où ils retrouvent les joies de la danse ou du volleyball en « famille », où ils continuent à se développer en adultes sains et équilibrés, forts de corps et d’esprit.

A noter encore que nous avons décidé de garder notre cuisinière de longue date, Salidja, le jardinier, Victor, une nettoyeuse, Lakshmi ainsi que Raju le gardien de nuit. Manju, 18 ans, l’un de nos 1ers enfants, légèrement retardé, fait aussi partie du groupe et aide les autres staffs dans leurs tâches quotidiennes.

 

A l'orphelinat

Cette année, 9 jeunes filles vont quitter le collège pour partir dans la vie active. Certaines ont déjà trouvé du travail, nous leur souhaitons le meilleur pour leur future vie. 9 autres quitterons l’orphelinat pour entrer au collège de Coimbatore. Tous sont de bons élèves et méritent que nous les soutenions encore quelques années.

Concernant la direction de notre Home, la Fondation suisse est très satisfaite de la tournure actuelle des choses, que ce soit pour la gestion comme pour les contacts. Bathu et Hema, les responsables actuels qui se sont mariés il y a peu, nous ont soutenu durant cette période difficile et ont permis d’avancer à grand pas vers sa résolution. C’était un moment difficile, il fallait un homme de poigne et Bathu en est un. Nous devons aussi remercier Alberto Lucini, membre du comité suisse qui a passé près de 5 semaines en Inde afin de voir le bâtiment et faire rédiger les documents nécessaires par un notaire.

 

Manifestations en Suisse

L’année 2014 ainsi que le début de l’année 2015 ont vu Happy Home participer ou organiser une belle série d’évènements. Nous avons en effet été présents à la fête de la Solidarité, où une partie du repas a été confectionné par Catherine et son ami de longue date Philippe de Fallois. Puis, lors de la Foire de Porrentruy de mi-juin, la plancha a été installée devant le magasin MAC Jura et saucisses et salades ont été vendus aux badaud, dans la convivialité. L’une des foires suivantes, à mi-septembre, a permis à l’équipe des bénévoles d’Happy Home de tenir 2 stands de pâtisseries, à Porrentruy et au JuraCentre de Bassecourt. En fin d’année, le marché de Noël de Boncourt a pu lui aussi être illuminé aux couleurs d’Happy Home et de son marché indien.

En ce qui concerne les éléments sportifs, on notera le bel exploit de Marcel Maillard et de son équipe qui, dans le cadre de la promotion de sa nouvelle montre Marcel Bouvier, à parcouru les 2100 km séparant St-Ursanne de St-Jacques de Compostelle à vélo, avec un maillot aux couleurs d’Happy Home. Ces maillots ont d’ailleurs été vendus en amont du départ et les bénéfices, près de 4000.-, reversés à Happy Home. De plus, en août, deux équipes Happy Home, soit 12 personnes, ont participés au JuraDéfi à Saignelégier et un stand d’information y a été tenu.

Enfin, on notera encore que des tapis de souris aux couleurs d’Happy Home ont été vendus dans de nombreux commerces jurassiens.

Pour tout ces évènements, nous aimerions remercier du fond du cœur tous les participants et bénévoles qui ont donné de leur temps pour Happy Home. Bravo à eux !

 

Nouvelles en bref

  • Nous continuons de soutenir les populations locales au travers des distributions de nourriture et de vêtements. Ces petites actions ne profitent certes que ponctuellement aux populations, mais elles apportent de la joie à tous et permettent de représenter au mieux Happy Home dans la région.
  • Tout d’abord, deux jeunes filles, Eléonore Milliat et Elise Rossignol, se sont rendues à notre orphelinat dans le but d’y faire un stage social. Malheureusement, les lois concernant les orphelinats s’étant passablement durcies et surtout suite au fait que l’orphelinat était à ce moment-là dans une période de transition difficile, elles n’ont pu accomplir le but de leur voyage. Nous en avons été désolé et espérons qu’elle garderont tout de même un bon souvenir d’Happy Home et de ses enfants.
  • En automne 2014, Françoise Gerber et Danièle Chariatte, deux membres du comité de la Fondation, se sont rendues en Inde afin d’aider Catherine dans cette énorme tâche qu’était celle de redonner un sens au bâtiment de Vazhaithottam. Tris, nettoyages, achats, que de choses à faire. Mais les trois ont pu passer de formidables moments ensembles, unies pour ce nouveau départ. Ils ont été rejoints durant quelques jours par 3 Delémontains, Hélène Babey, Mario Gergen et Pascal Gunzinger, à qui ils ont pu faire découvrir, en plus des enfants, certaines merveilles de la région du Nilgiris.
  • Durant les fêtes de fin d’année 2014, un groupe de 9 personnes, composé de Roméo Bontempi, Léa Balogh, Gil et Marc Chariatte, Myriam Cossy, Sabine et Guillaume Rérat, Martine Frédéric et Jessica Maillard, s’est rendu sur place pour rencontrer les enfants et effectuer des travaux de peinture sur les bâtiments de l’ancien orphelinat. Ils y ont retrouvés sur place Catherine, Philippe de Fallois, ainsi que Virginie Kremp et ses deux filles, Aurélia et Ariana. Un repas a aussi été organisé pour les enfants du village de Vazhaithottam. De grands moments d’émotions pour tous, autant pour ceux dont c’était le premier voyage en Inde, tout étant si différent là-bas, que pour ceux s’étant déjà rendu sur place, ceci étant la 1ère fois qu’ils découvraient l’orphelinat de Vazhaithottam vide de ses petits locataires.
  • Sonam Dawa, notre ami moine du Ladakh, s’est aussi rendu quelques semaines à l’orphelinat. Il a lui aussi effectué des travaux de peinture et a mis en place un petit bûcher autour duquel nous avons pu tous nous retrouver, avec les collégiens d’Happy Home, durant les soirées de la période de Noël.
  • Enfin, la famille François Desboeufs, de Courgenay, ainsi que Patrizia Monastra et Mergim Gashi sont venus passer quelques jours sur place.

 

Fondation Aurore Happy Home - Rue Pierre Pelée 98 - 2904 Courtedoux
Tél. 032 466 40 42 -
CMS-Light v2.0 © www.WebExpert.ch