Galerie photos Devenir bénévole Plan du site
 Rechercher    

En 2009

Editorial de Catherine

L’année 2009 s’est écoulée avec des moments magiques et d’autres plus tristes. Mais la vie est une rivière au courant tumultueux. Ce fut une année généreuse pour l’amour reçu et donné. Comme quoi il ne faut jamais laisser mourir le feu intérieur. Toujours attisée, cette petite flamme grandit d’amour pour les autres dans le respect de la vie et de tout ce qu’elle offre.

Le mois d’août était venteux et les journées bien chargées à Happy Home. Comme lors de chaque séjour en Inde, nous mettons toute notre énergie à l’entretien et l’amélioration des bâtiments et surtout à améliorer le confort des enfants. A Noël, la température est très agréable le jour et fraîche la nuit : nous en avons profité pour terminer une cuisine et deux chambres qui pourront être utilisées par des bénévoles lors des séjours de longue durée.

Cette année a été axée sur plusieurs points forts, tels que l’accès aux études supérieures dans des écoles ou collèges de bonne réputation pour les jeunes, en particulier pour les filles afin qu’elles puissent obtenir un travail valorisant, ainsi que des réponses aux demandes d’aides des gens du village et de l’extérieur. En matière de santé, nous avons participé à différentes actions ponctuelles, en prenant par exemple en charge le traitement d’un vieil homme lépreux.

Nous pensions ne plus prendre de nouveaux enfants, faute de place, mais, à la vue de deux orphelins hébergés chez un grand-père atteint de cécité et vivant dans une extrême pauvreté, notre porte s’est ouverte une fois de plus. Les autres enfants ont été heureux de leur faire un peu de place. Un bel exemple de générosité pour nous.

Merci à tous de nous soutenir dans cette belle aventure. Tous ces projets réalisés ou en attente, nous vous les devons. L’enjeu et le dynamisme de notre Fondation sont de taille. Avec vous, nous pouvons affirmer solidarité, amour, paix et responsabilité pour la création d’un monde meilleur.

Je dédie cet éditorial à mon père Oscar Gander qui nous a quitté le 19 octobre 2009. C’est son courage, sa force, son honnêteté et son contentement des choses simples qui m’ont donné force et courage sur le chemin de la vie.

 

La Fondation en Inde...

Comme expliqué dans le rapport d’activité 2008, Hema, la manager de l’orphelinat, a dû subir une opération chirurgicale délicate et, en conséquence, elle a dû renoncer à sa fonction de manager de l’orphelinat. C’est donc Mme Grace Kelly qui la remplace, cette fois-ci de manière définitive et non  provisoirement.

 

...et en Suisse

Notre Fondation a adhéré à la Fédération Interjurassienne de Coopération et de Développement (FICD). Créée en 1994, la FICD a pour but de regrouper les associations du canton du Jura et du Jura bernois qui luttent pour la disparition des inégalités en Suisse et dans le monde et contribuent à un développement fondé sur la justice et la dignité humaine ainsi que sur le respect de l’environnement. De plus, la FICD entend favoriser les échanges et la solidarité entre ses membres, réaliser des activités communes et informer la population jurassienne sur les problèmes d’entraide et de développement.

 

Un "corridor à éléphants" à proximité

Le parc national de Bandipur est une belle réserve de forêt occupant une place particulière dans les efforts de conservation de la nature effectués par l’Inde. Il a été créé dans les années 1930 à partir des terres de chasse du Maharaja de Voodiyar et a été agrandi ultérieurement. Il est contigu à la réserve de Mudumalai, l’ensemble constituant aujourd’hui la réserve de biosphère de Nilgiri, l’une des plus vastes étendues de forêts protégées en Inde. On trouve ici des bois précieux, dont les bois de rose et le teck.

Le parc de Bandipur abrite une vaste faune, notamment l’éléphant asiatique, dont le parc est l’un de ses habitats les plus accessibles. Cette année, le Département des Forêts du Tamil Nadu a proposé l’aménagement d’un « corridor à éléphants ». 7’000 acres (2’832 hectares) de terres fertiles ont été acquis dans ce but. Si l’idée est très fortement soutenue par le WWF International, elle mettrait en péril plus de 18'000 fermiers, que ce soient ceux implantés récemment comme ceux des tribus aborigènes dont l’agriculture est l’occupation principale depuis plus de 500 ans. L’enjeu n’est rien d’autre que l’expropriation avec des indemnisations qui pourraient s’avérer bien minces. De nombreux procès sont pendants et la révolte gronde parmi la population concernée

En ce qui concerne notre orphelinat Happy Home, il a été établi que nous ne sommes pas touchés par le projet.

A noter encore que le Département des forêts a fait venir d’un Etat voisin quatorze tigres pour peupler la réserve de Mudumalai, laquelle se nomme maintenant officiellement Mudumalai Tiger Reserve. Espérons qu’il n’aura pas d’incidents à déplorer.

 

A l'orphelinat

Le nombre d’enfants a Happy Home a fortement augmenté en 2009 : on dénombre en effet 22 nouveaux petits arrivants ! Cette forte progression s’explique en grande partie par l’augmentation de la misère, avant tout dans la campagne. Bien entendu, nous privilégions en premier lieu les enfants n’ayant plus ni mère ni père. Mais les autres cas sont parfois tellement désespérés qu’il ne nous est pas possible humainement de ne pas les retenir. Combien de fois avons-nous vu la maman, restée seule, sans travail et donc sans revenu, nous supplier de prendre sa fille ou son fils avec nous. A chaque fois, c’est un déchirement et des larmes pour la maman d’être obligée de se séparer de son enfant.

L’orphelinat compte donc maintenant 84 enfants ou adolescents résidents, soit 51 filles et 33 garçons. Nous sommes arrivés au maximum de notre capacité d’accueil, ce qui fait que nous devrons, dans les années à venir, envisager d’autres solutions.

De plus, 9 des adolescents ont quitté Happy Home pour suivre ou poursuivre leurs études supérieures dans les collèges de la région. Nous prenons bien entendu tous les frais relatifs à leurs études (écolage, pension, logement, etc.). Enfin, L. Shahid a quitté Happy Home pour se lancer dans la vie active.

En ce qui concerne le personnel,  nous avons enregistré cette années les départs de Jemsy, l’une de nos plus fidèles employées, très appréciée malgré son caractère un peu sévère, et de R. Ravi Kumar, notre responsable sécurité qui a décidé de nous quitter après deux ans de bons et loyaux services. Pour ce qui est des nouveaux membres, S. Shabeena, qui nous avait quittés pour rejoindre son mari à Coimbatore, est finalement revenue à Happy Home. Ayant suivi des études d’infirmière, nous l’avons directement engagée en tant qu’aide spécialisée dans la santé des enfants. Nous employons donc maintenant au total 13 personnes, soit 8 femmes et 5 hommes.

Enfin, pour ce qui est du bâtiment en lui-même, de nombreux aménagements ont été effectués cette année :

  • Le sous-sol a été aménagé, afin d’y installer deux chambres, un coin cuisine et un local dans lequel deux ordinateurs ont été installés. Un enseignement spécialisé devrait être engagé pour donner quelques heures de pratique par semaine.
  • Des fenêtres grillagées ont été installées pour les dortoirs des filles et l’appartement de Catherine, afin de nous éviter d’avoir de mauvaises surprises. Un cobra a en effet réussi à s’introduire dans le salon, heureusement sans rien provoquer d’autre qu’une grande frayeur.
  • Nous avons acheté une trentaine de lits pliables, de façon à désengorger le dortoir et permettre à ceux dormant à même le sol de profiter de cette acquisition.
  • Les deux machines à laver, complètement hors d’usage, ont du être remplacées. Nous en avons finalement acheté trois nouvelles, dont une pour l’appartement de Catherine.
  • Cinq panneaux solaires supplémentaires ont été installés sur le bâtiment comprenant le dortoir des filles. Ils nous permettront d’améliorer notre capacité en eau chaude, celle-ci n’étant plus suffisante pour notre centaine d’utilisateurs journaliers.
  • Enfin, le réfectoire extérieur a été réaménagé, le sol y a été bétonné et de nouvelles tables et bancs y ont été ajoutés. Nous envisageons de couvrir le réfectoire avec une structure métallique afin de protéger les enfants et le personnel des fortes chaleur durant les mois les plus chauds et de la pluie durant les moussons.

 

Projet Light for Life

En 2009, nous avons terminés les travaux effectués à la baby school de Mavanalla, ne comprenant que des enfants de la tribu des Adivasis. En plus de l’enceinte construite l’année précédente, nous avons agrandi le bâtiment principal en y ajoutant une cour extérieure entourée d’un mur et surmontée d’un toit. Le confort des enfants est ainsi considérablement amélioré. Nous pensons, durant cette année, compléter le bien-être des enfants par l’installation de jeux en plein air et bancs et tables, tout en continuant à leur offrir chaque semaine des légumes frais ainsi qu’un apport de riz. Les autorités sont heureuses de notre soutien. Tous pensent que c’est là un modèle d’école maternelle qui pourrait faire référence dans tous les villages alentours.

De plus, nous participons toujours à la scolarisation des jeunes du village, nous aidons certaines maman à nourrir leur famille en les aidant de diverses manières (paiement de loyers, de frais médicaux, achat de riz, de vêtements pour les enfants, etc.) et nous achetons des vêtements aux plus pauvres du village. A Noël, nous avons d’ailleurs distribué des saris aux femmes les plus pauvres du village ainsi que des habits et couvertures aux plus pauvres. Ces petits gestes peuvent paraître dérisoire, mais pour ces veuves ou mamans, sans ressources, c’est une question de survie. Nous sommes toujours admiratifs face à tant de courage : aller chercher du bois, faire le feu, s’occuper des enfants, se soucier de la nourriture, etc. Et pourtant le sourire est toujours là.

 

Nouvelles en bref

Comme chaque année, les enfants d’Happy Home ont eu droit à toute une série de visites durant l’année. Tout d’abord, Nadège et son ami Pascal, deux Ajoulots qui effectuaient un voyage à travers l’Asie nous ont aussi rendu visite. Durant leur séjour de 5 semaines sur place, Pascal, maçon de formation, a pu construire une cheminée et s’occuper de divers travaux de maçonnerie et de peinture, tandis que Nadège s’est muée en « prof » d’anglais des enfants. Ensuite, Sylvie Maechling nous a rendu visite, apportant avec elle de nombreux jouets et autres peluches. Le secrétaire de la Fondation, Jacques Bernier, nous a lui aussi rejoint, accompagné d’Alberto Lucini, de l’association italienne « Amici di Gianni e Massimiliano » (ndlr : futur membre du comité de Fondation). Ils ont pu se concentrer sur les différentes tâches administratives nécessaires à l’orphelinat. Enfin, deux couples, Anne-Lise et Serge et Marie et Rolf se sont arrêtés à Happy Home, apportant avec eux vêtements et jeux pour les enfants, mais aussi de nombreuses activités et un grand bonheur à partager avec tous.

 

Fondation Aurore Happy Home - Rue Pierre Pelée 98 - 2904 Courtedoux
Tél. 032 466 40 42 -
CMS-Light v2.0 © www.WebExpert.ch